“Dans l’Histoire, les Russes n’ont pas souvent attaqué !”

Dimanche dernier, Eric Zemmour défendait sur France 5 que les pays de l’Est avaient rejoint l’Europe davantage pour bénéficier de la protection américaine de l’Otan, que pour l’UE en tant que telle. Alors que selon lui, “Les Russes attaquent peu !” La moue de son interlocuteur indique toutefois un malaise…

“J’ai bien compris, a expliqué le candidat à la présidence, depuis longtemps, que tous les pays de l’Est étaient rentrés dans l’Union européenne, non pas pour l’UE, mais pour l’Otan (…). Pour eux, le plus important, c’est l’Otan parce que c’est la protection européenne. Entre nous, imaginer que la Russie attaque la Pologne : je n’y crois pas ! D’abord, dans l’Histoire, les Russes n’ont pas souvent attaquer. Quand ils ont pris les pays de l’Est c’est parce qu’il étaient attaqués par l’Allemagne”.

En fait, si on regarde l’histoire russe depuis Ivan III et l’extension territoriale de l’ancienne Moscovie, la Russie fut en perpétuelle conquête. Et quand bien même on se cantonnerait à la Russie du XXe siècle, Eric Zemmour oublie que le pays le plus vaste du globe est bel et bien un pays qui attaque. Petit aide-mémoire non exhaustif :

Pacte germano-soviétique. Pologne (1939-1941). Les troupes soviétiques envahissent la Pologne (17 septembre 1939). Le partage de celle-ci entre l’Allemagne et l’URSS est scellé le 28 septembre à Moscou. Finlande. (30 novembre 1939). L’URSS attaque la Finlande, qui résiste plus de trois mois avant de signer, le 12 mars 1940, un traité cédant à l’URSS l’isthme de Carélie. Annexion des Pays Baltes (1940). A la Russie annexe les Pays Baltes qui deviennent des Républiques socialistes soviétiques. Roumanie (1940). Les régions de la Bucovine et de la Bessarabie sont annexées. En un an (septembre 1939-septembre 1940), grâce au pacte germano-soviétique, l’URSS annexe près de 600 000 kilomètres carrés, peuplés de 23 millions d’habitants.

Tchécoslovaquie (février 1948). Coup de Prague : Prise de contrôle de la Tchécoslovaquie par le Parti communiste tchécoslovaque, avec le soutien de l’Union soviétique. Des troupes blindées d’un total de 300 000 hommes ont envahi dans la nuit la Tchécoslovaquie, aboutissant au remplacement de la Troisième République par un régime communiste.

Hongrie (4 novembre 1956). L’artillerie pilonne Budapest, 1 500 chars russes entrent dans Budapest. Plus tôt, le gouvernement légal d’Imre Nagy avait proclamé la neutralité de la Hongrie et son retrait du pacte de Varsovie. Les chars soviétiques réoccupent peu à peu tout le pays. La résistance armée sera brisée en une semaine, les conseils ouvriers et les comités révolutionnaires démantelés en un mois et demi, et les arrestations massives commenceront à la fin de novembre avec la déportation (d’abord vers la Roumanie) d’Imre Nagy.

Tchécoslovaquie. (20 et 21 août 1968). Le 20 août 1968, peu après minuit, une énorme armée de 450 000 soldats du Pacte de Varsovie, 6300 chars, 800 avions et d’innombrables canons, commence à envahir la Tchécoslovaquie et réprime le Printemps de Prague.

Interventions en Afrique. Mozambique. L’URSS aide la guérilla marxiste au Mozambique. Puis la Russie intervient directement dans la corne de l’Afrique. Somalie (à partir de 1969). L’URSS fournit à la nation africaine du matériel comprenant des chasseurs MiG-21, des chars T-55 et T-62 et des véhicules blindés de transport de troupes BTR-60, des systèmes de missiles antiaériens. Éthiopie Les Soviétiques envoient 4 000 conseillers militaires, ainsi que des contingents militaires de pays alliés, comme Cuba et le Yémen du Sud. Suite à l’intervention soviétique, la Somalie a subi une défaite écrasante et a rapidement sombré dans une longue guerre civile…

Afghanistan (décembre 1979). Après le soutien soviétique aux coups d’Etat de 1973 et 1978 dans ce même pays, le Kremlin y envoie plus de 100 000 soldats de l’Armée rouge.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Post

Quick Link

Follow us

THE FACTS NEWSLETTER